Carnet d’éditeur 2/5

Nine Logo
Nine Logo

Le développement par la team SWAF (partie 1)


Dans les deux prochains épisodes de ce carnet d’éditeur consacré à Demeter, nous allons nous attaquer à un gros morceau : le développement par la team SWAF.

C’est plutôt facile à raconter, car j’étais en première ligne et c’est également mon poste chez SWAF. Autant dire que si d’habitude je torture les auteurs, cette fois-ci je me suis torturé moi-même !

Si vous avez raté la première partie, c’est ici.

Dans ces 2 parties dédiées au développement de Demeter, nous allons nous attarder sur plusieurs éléments :

  • - L’évolution du jeu (les différentes itérations des feuilles pendant le développement)
  • - Les réglages et la possibilité de jouer en solo
  • - Le changement de thème
  • - Les coûts de production qui entrainent une modification du gameplay et du matériel

 

L’évolution du jeu

 

Demeter
Version du 23 avril 2019

 

Une fois la décision d’éditer le jeu chez SWAF validée, on avance sur quelques idées dont l’une serait de différencier la façon de nourrir les herbivores et les carnivores. Cela permettrait de renforcer le thème du jeu, même s’il est déjà très présent.

Je me retrouve avec la version ci-dessus avant de partir en vacances au Canada. J’imprime une quarantaine de feuilles pour jouer avec ma moitié à l’aéroport, dans l’avion, etc. De passage à Montréal, j’en profite pour rendre visite à l’équipe de Plan B pour m’assurer que cette mécanique inspirée de Coimbra n’est pas trop proche. Après une partie en leur compagnie, ils me confirment qu’il s’agit d’une simple inspiration et d’un jeu dans une atout autre catégorie. L’équipe s’est bien amusée sur le prototype et leur retour est très bon.

Je remarque pendant cette période que la différenciation entre herbivores et carnivores peut poser des problèmes à l’explication des règles puisque thématiquement il s’agit de la même chose (nourrir un dinosaure) alors que mécaniquement leur résolution est différente. On décide donc de simplifier et d’harmoniser cet aspect du jeu, quitte à sacrifier un peu au thème : les dinosaures mangeront donc tous de la même façon.

 

Demeter
Version du 20 juin 2019

 

Nous arrivons à la version ci-dessus à l’époque de Paris est Ludique 2019 et son fameux samedi avec 40 degrés à l’ombre... Avec la sortie de Moon (extension de Ganymède) et le départ en production de NINE, on a mis le développement de Demeter en retrait et cela nous a permis de revenir avec des idées nouvelles.

On a simplifié la façon de nourrir les dinosaures, mais on s’est emballés en créant 3 autres espèces (Mososaurus, Stegosaurus, Ptérodactyle) qui ne fonctionnent pas forcément de la même façon que les autres : c’est super fun d’avoir autant d’espèces mais ça complique l’explication du jeu. On s’éclate à y jouer mais se pose désormais la question de la cible : le jeu doit-il être aussi gamer, sachant qu’il ne dure que 10 tours pour 15-20 minutes de jeu ?

De plus, le jeu peut être assez frustrant car il se termine un peu trop tôt, ce qui signifie que les choix de début de partie sont déterminants et qu’on peut perdre beaucoup de points à la fin si on a fait une petite erreur ou un mauvais choix en début de partie. L’idée première était d’avoir la sensation d’un jeu calme et amusant, tout en proposant beaucoup de variété dans les stratégies pour un jeu de cette catégorie. Nous décidons donc de simplifier le jeu tout en gardant la profondeur et la variété stratégique qui sont déjà dans l’ADN du jeu.

 

Demeter
Version du 17 juillet 2019

 

Mi-juillet, le temps de se réhydrater après PEL, nous avons effectué un sacré bond en avant sur l’aspect suivant : on décide de proposer des stratégies très typées lorsqu’on nourrit les dinosaures : les Tricératops permettront de marquer des points sur le nombre de dés rouges sélectionnés pendant la partie (et qui correspond à la sécurité/Postes d’Observation), les Vélociraptors sur le nombre de dés bleus (car la Science des dé bleus apporte les gênes bleus, rares et nécessaires pour cette espèce) et les Tyrannosaures sur les dés jaunes (puisque la piste de visiteurs des T-Rex est basée sur des points directs et qu’ils sont le bonus du dé jaune). Oui, c’est un peu plus compliqué à comprendre car le code couleur des dés/cartes n’était pas le même à l’époque...

Les 8 espèces de dinosaures sont toujours présentes, mais nous procédons par étapes et devons d’abord faire le deuil de ces pauvres espèces de dinosaures qui seront bientôt laissées pour compte ...

 

Demeter
Version du 22 août 2019

 

Et ce moment arrive le 22 août ! Après 2 semaines de vacances bien méritées, on retire les ptérodactyles, qui à l’époque fonctionnaient un peu comme des jokers : on pouvait les colorier avec n’importe quel gène et ils pouvaient manger la case de nourriture de n’importe quel autre dinosaure.

Fin août, le constat est net : il faut encore retirer une espèce et n’en garder que 6 : on gardera le Ptérodactyle (on voulait un dinosaure volant dans le jeu) qui fonctionnera un peu différemment des autres (pas de Poste d’Observation) mais pas dans sa façon de l’appréhender au niveau des règles. On dit alors au revoir aux Mososaurus et le Stegosaurus, que l’on pourrait peut-être revoir un jour ...

C’est tout pour aujourd’hui ! La partie suivante (et les autres aussi) sera un peu plus technique car dédiée au réglage sur la version quasi finale de la feuille de jeu.

 

L’équipe SWAF

 

PS : pour rappel, vous pouvez télécharger les règles de Demeter ici

 

 

Découvrez la suite de ce carnet : Partie 1 - Partie 3 - Partie 4 - Partie 5

 

&nbps;

Commande